Message
Fermer
Mot de passe oublié
Rechercher
Entrez au moins 3 caractères
Rechercher|Se connecter
Responsables
Responsable académique
Coordinateur
Conférenciers
Matières
Matière
Sciences et technologies
Cours-conférence
La théorie des jeux et l’informatique
Lieu
Site
Bruxelles
Immeuble
Écuries royales
Local
Écuries royales
Adresse
Rue Ducale 1, 1000 Bruxelles
 test
FiltresHaut de pageBas de page
Filtres
Haut de page
Bas de page
Mar
29  04
17:00
Inscriptions
clôturées
Mardi 29 avril 2014 à 17 heures
Bruxelles – Écuries royales
Applications de la théorie des jeux en informatique
La pratique du jeu est une des plus anciennes de l'humanité. Dans un jeu, plusieurs entités (les joueurs) s'affrontent, en respectant certaines règles, pour remporter la victoire. Depuis les travaux fondateurs de John von Neumann et Oscar Morgenstern, en 1944, ces concepts ont été étudiés et formalisés par les mathématiciens, dans une branche des mathématiques qui s'appelle la théorie des jeux.
Cette théorie offre des outils pour comprendre les comportements stratégiques où un joueur, doit prendre des décisions en fonction des comportements des autres joueurs, et ce, de façon à atteindre un certain objectif, ou à maximiser un certain gain. La théorie des jeux a donc tout naturellement trouvé ses premières applications dans le domaine de l'économie.

Aujourd'hui la recherche en théorie des jeux est également très active dans le domaine de l'informatique. Par exemple, de nouvelles questions importantes sont suggérées par des applications modernes de l'informatique comme le contrôle automatique de systèmes complexes et critiques ou les enchères électroniques.

Lors de ce cours-conférence, nous présenterons les principaux fondements de la théorie des jeux. Nous montrerons également comment les concepts sous-jacents peuvent être appliqués dans le contexte de l'informatique et pourquoi l'informatique suggère de nouvelles questions en théorie des jeux.  
Programme
17:00
19:00
Applications de la théorie des jeux en informatique
Intervenants
Photos
Photo Philippe Molitor